Mois : septembre 2017

Twitter passe à 280 caractères : et la France dans tout ça ?

Réalité française et implications business d’un changement majeur sur la plateforme

posté sur http://feeds.feedblitz.com/~/462126476/0/visibiliteweb
plus d’infos sur >> Twitter

Publicités

Que mettre en avant dans votre CV de Social Media Manager

Avec l’adoption du social media marketing dans la vie quotidienne des entreprises BtoC ou BtoB et l’attention constante dont ont besoin les internautes, il est nécessaire d’avoir au sein de l’entreprise un rôle dédié à cette compétence, qui n’existait d’ailleurs pas il y a 10 ans de cela.

C’est plutôt une bonne nouvelle pour nous, de savoir que l’on devient nécessaires et indispensables !

Mais mauvaise nouvelle : aujourd’hui, tout le monde a un Facebook. Et tout le monde s’improvise un peu social media manager, sans réelles compétences ….

Et la deuxième mauvaise nouvelle, c’est que ces mêmes gens qui s’improvisent CM postulent aux mêmes offres que nous …

Pour remédier à cela, voici quelques éléments qui rendront votre CV vraiment professionnel et vous fera sortir du lot parmi ceux qui veulent être payés pour “être sur facebook” !

L’analytics

Avant même de parler d’analytics, je pense qu’il est important d’aborder un sujet touchy dans notre métier : le jargon et le vocabulaire disparate que nous utilisons pour décrire ce que nous faisons et les résultats que nous obtenons.

Comment nous faire comprendre auprès des recruteurs si nous n’utilisons pas tous les mêmes mots pour décrire notre quotidien de travail ?

Par exemple :

Un candidat a écrit cela dans son CV : “Lors de mon expérience précédente, j’ai supervisé la croissance et l’engagement de notre communauté sur Facebook”.

Un autre candidat a écrit cela dans son CV : “ J’ai développé une stratégie Facebook sur une durée de 6 mois en utilisant le contenu vidéo, ce qui a permis de générer 650 nouveaux fans, j’ai boosté l’engagement de la fanpage de 250 membres par mois et augmenté le reach de la page de 150%”.

Laquelle de ces deux phrases décrit mieux les capacités en social media des candidats?

En réalité, ils disent tous les deux la même chose. Sauf que l’exemple n°2 inclut des éléments des preuves en chiffres :en somme de l’analytique.


Que doit contenir votre CV de Social Media Manager ?

Click To Tweet


Inclure des preuves par le biais des analytics sur votre CV vous permet de démontrer deux choses :

Premièrement, cela montre à votre futur employeur que vous savez utiliser et interpréter des données chiffrées. (Et c’est probablement à lui que vous allez reportez par ailleurs).

Deuxièmement, cela donne une crédibilité à votre expérience précédente. Vous n’avez pas “été payé pour être sur Facebook”, vous avez effectué un vrai travail avec un objectif de ROI (Retour sur investissement).

La bonne nouvelle, c’est que ce n’est pas difficile de montrer les résultats de son travail. Rappelez-vous à l’époque où il n’y avait pas les plateformes analytics de Pinterest ou Instagram. Maintenant, tous les réseaux sociaux ou presque disposent de leurs plateformes analytics, imagées, illustrées, avec des possibilités de segmentation qualitatives.

D’autres plateformes permettent également de tirer les analytics d’un réseau social pour montrer son travail. Agorapulse vous permet de générer directement les reportings d’analytics



Téléchargez vos reportings pour les montrer lors de vos prochains entretiens.

Le meilleur conseil que je peux vous donner est d’être proactif dans la présentation de vos différentes expériences. Plus vous montrerez ce que vous avez fait et l’impact que cela a eu, plus vous serez crédibles. Faites juste en sorte que votre précédent employeur soit d’accord pour diffuser des données analytics qui pourraient être confidentielles ou sensibles (chiffre d’affaires, etc.) Auquel cas, vous pouvez donner des fourchettes.

La collaboration avec toutes les parties prenantes de l’entreprise

Les réseaux sociaux d’une entreprise ne sont absolument pas une tâche autonome et à part de l’entreprise.

Les bons Social Media managers sont des collaborateurs qui incluent tout le monde dans son quotidien de travail. La collaboration avec tous les départements relations presse, SEO, emailing, commerciaux est primordiale pour que le social media marketing fonctionne.

Un social media manager avec une expérience très transversale sur tous ces métiers aura beaucoup plus de crédibilité : il saura développer une cohésion et un objectif commun entre chaque département.

La publicité payante

C’est un fait, la plupart des réseaux sociaux sont en “pay-to-play”, c’est à dire qu’il faut payer pour être visible. Mais les publicités ne sont pas choses vaines, elles peuvent être très bénéfiques à l’entreprise.

Les social media managers qui ont de l’expérience dans la gestion de budgets de publicités social media vont plus facilement reconnaître et promouvoir les bons éléments de communication, auront des idées plus pertinentes en terme de call to action (leviers de conversion), et utiliseront les analytics à bon escient pour prouver le ROI.

À mesure que les réseaux sociaux évoluent, le social media marketing continuera de jouer un rôle essentiel dans la communication des entreprises. De ce fait, l’emploi peut vite saturer, et ce que vous allez écrire dans votre CV sera primordial pour faire la différence. Et il n’y a rien de plus rassurant pour un employeur de savoir que vous maîtrisez bien votre compétence, et que vous avez déjà prouvé votre efficacité.

Selon vous, qu’est-ce qu’il faudrait rajouter dans votre CV pour vous faire recruter à coup sûr ? Qu’est-ce qui a joué en votre faveur ? Dites nous tout dans les commentaires !

L’article Que mettre en avant dans votre CV de Social Media Manager est apparu en premier sur Agorapulse.

posté sur http://feeds.feedblitz.com/~/461331958/0/visibiliteweb
plus d’infos sur >> Twitter

Comment mesurer le ROI des Stories Instagram ?

L’idée des Stories Instagram est avant tout de développer une relation forte et durable avec vos abonnés en leur montrant votre côté humain.

C’est un moyen de s’éloigner de l’image parfaite de votre feed, d’apporter un peu de fantaisie et de personnalité pendant 24h. Et d’après les dernières estimations, 250 million de personnes utilisent quotidiennement les Stories. 

Maintenant que vous utilisez les Stories pour votre marque, il est temps de passer aux choses sérieuses et de commencer à mesurer votre ROI.

C’est là que les métriques entrent en jeu. Mesurer et analyser des indicateurs de performances précis vous permettront de savoir si vos efforts paient ou s’il est temps de passer au niveau supérieur.

Vous ne voulez pas continuer à donner des coups d’épée dans l’eau ! Vous voulez plutôt avoir une image précise de ce qui marche vraiment ou pas.

Mais comment mesurer le ROI des Stories ? Intéressons-nous à des métriques clés et à comment les calculer.

Comment surveiller les métriques des Stories ?

En tant que marketers, on est obsédés par tout ce qui est veille, mesure, analyse. C’est pour une bonne cause il faut dire ! Le bon type de métriques peut donner une image claire de ce qu’il se passe chez votre audience.

Les métriques montrent la réalité des choses quand personne d’autre que les bots ne prête attention au contenu.  A ce jour, les statistiques Instagram n’intègrent pas les Stories. Mais il y a certains chiffres que vous pouvez surveiller en balayant l’écran vers le haut quand vous regardez vos Stories personnelles. 

Instagram-Stories-Metrics-1

Il y a quatre chiffres différents auxquels vous devez prêter sérieusement attention !

  1. Nombre total de vues

La petite icône en forme d’oeil indique combien de personnes ont vues votre story.

Si vous voulez aller plus loin, vous pouvez voir en dessous qui a regardé votre story. Vraiment très pratique si vous essayez de cibler une audience précise.

D’accord, le nombre de vues n’est pas vraiment une statistique compliquée et le résultat ne correspond pas forcément à ce que l’on pense. En revanche, c’est le nombre que vous allez utiliser comme point de départ d’un savant calcul.

  1. Calculer le pourcentage de vues

Un peu de maths !

Pour connaître le pourcentage, prenez le nombre de vues, divisez-le par votre nombre total d’abonnés et multiplier ce chiffre par 100.

giphy

GIF Source

Phew. Il y a longtemps qu’on avait pas fait des maths ! 

Ce chiffre vous permet de connaître le pourcentage d’abonnés qui regardent vos Stories. Il donne un bien meilleur aperçu que juste le nombre de vues.

100 vues est un bon chiffre si vous avez 1000 abonnés, un peu moins si vous en avez 100,000.

Ce pourcentage vous donne une vraie image du ROI de vos Stories.

Vous pouvez l’utiliser pour comparer individuellement les posts et déterminer quel contenu a eu le plus d’impact sur votre audience.

  1. Le taux d’achèvement

Prêts pour encore un peu de maths ? Le taux d’achèvement vous permet de savoir combien de personnes regardent entièrement vos Stories.

Pour calculer le taux d’achèvement il va falloir être un peu plus créatif : divisez le nombre de vues de votre dernière story par celui de votre premier post.

Calculation-Completion-Rate-768x384

Ce pourcentage vous permettra d’établir à quel point vos posts arrivent à attirer et retenir l’attention des abonnés. C’est normal d’avoir une petite baisse après le premier post, et toutes les marques auront une moyenne différente.

C’est pourquoi vous devez établir votre baseline. 

Mesurez votre taux pendant 14 jours et comparez les chiffres. Quel est votre taux moyen ?

Analysez les stories avec les taux les plus élevés et les plus bas. Qu’est-ce qui a suscité l’engagement ? Était-ce une offre exclusive ? Un Q&A auquel vos abonnés ont largement participé ?

Prenez note de ce qui marche le mieux ou non.

  1. Nombre total de réponses.

Contrairement à votre feed habituel où vos abonnés peuvent liker et commenter, le seul moyen de montrer de l’intérêt avec les Stories est d’envoyer un message privé. Vos abonnés peuvent vous écrire rapidement via le “Envoyer un message” en bas de l’écran comme dans l’exemple de Frog’s Leap Winery.

instagram-story-message

Surveillez les posts qui génèrent le plus d’engagement et répondez aux abonnés pour créer une relation.

Derrière les métriques des stories

Les pourcentages calculés sont bien utiles, mais pour réellement mesurer le ROI des Stories il faut quitter la plateforme et voir comment les Stories Instagram impactent vos métriques générales.

Est-ce que vos objectifs sont atteints ?

Les réseaux sociaux sont un magnifique outil pour construire une solide relation.

Mais ils ne vous appartiennent pas. Ils ont beau être merveilleux et utiles, votre profil social media n’est qu’un espace loué. La manière d’atteindre vos fans ne dépend que d’algorithmes personnels et d’intérêts changeants.

La seule vraie façon d’atteindre durablement vos clients est via votre newsletter.

Instagram vient juste de commencer à tester une nouvelle fonctionnalité qui vous permettra de très facilement ajouter un efficace call-to-action et d’attirer vos abonnés vers votre site.

Le “Voir plus” d’Instagram

Instagram permet maintenant aux comptes vérifiés d’insérer un lien vers une page externe et ainsi inclure un call to action (CTA).

Instagram-stories-swipe-up-CTA-575x1024

En balayant l’écran vers le haut vous serez redirigés vers un site différent à travers l’application d’Instagram. Ensuite il suffit de cliquer sur la croix en haut à droite pour revenir à la Story.

C’est un outil puissant avec un potentiel illimité et les marques obtiennent déjà d’incroyables résultats. Depuis sa mise en application, les taux de clics avoisinent les 15-25%. Sacré pourcentage !

Vous pouvez utiliser le call-to-action des Stories pour :

  • Proposer une promotion pour un événement
  • Promouvoir un cours en ligne à travers une série de photos et inclure le lien vers la page dans le dernier post
  • Partager du nouveau contenu intéressant et utile
  • Faire du teasing sur un nouveau produit et renvoyer vers sa page
  • Proposer des codes de réductions

Les possibilités sont infinies ! Faites quelques essais et utilisez votre logiciel d’analyse (type Google Analytics) pour surveiller le trafic vers votre site depuis Instagram. Tout comme vous établissez des objectifs pour vos autres réseaux, il est impératif d’établir des objectifs faciles à surveiller pour les Stories Instagram.

Le vrai ROI des Stories Instagram n’est pas le nombre de vues ou d’abonnés que vous avez, bien que ces chiffres soient plutôt sympas. C’est le nombre de personnes avec qui vous avez construit une relation forte, qui vont ensuite visiter votre site et décider de rester en contact via la newsletter.

Qu’en pensez-vous ? Vous utilisez les Stories ? Comment calculez-vous votre ROI ?

L’article Comment mesurer le ROI des Stories Instagram ? est apparu en premier sur Agorapulse.

posté sur http://feeds.feedblitz.com/~/458159890/0/visibiliteweb
plus d’infos sur >> Twitter

7 erreurs à éviter lorsque l’on mène une campagne d’influence marketing

L’influence marketing peut prendre différentes formes, de l’article de blog sponsorisé au placement de produit sur Instagram, en passant par des présentations de produits sur Youtube.

Le concept de l’influence marketing est très simple. Une entreprise fait appel à un influenceur notoire sur les réseaux sociaux et son blog. Elle lui donne tout ce dont il a besoin pour en parler, gratuitement. L’influenceur promeut le produit ou le service de l’entreprise auprès de son audience. Les deux parties sont gagnantes.

Cette nouvelle technique de bouche à oreille via un influenceur peut être très efficace. Tapinfluence indique qu’un influenceur peut augmenter jusqu’à 11 fois le ROI d’une marque.

Pourtant, de nombreux entrepreneurs font encore des erreurs de débutants et compromettent le succès de leur stratégie d’influence.

Dans ce post, nous allons examiner 7 erreurs de débutant lorsque l’on fait de l’influence marketing et comment ne plus les faire à l’avenir.

1. Ne pas se fixer d’objectif

À chaque fois que vous créez une campagne marketing, vous devez fixer des objectifs. C’est logique. Et bien c’est la même chose ici. Si vous ne vous fixez pas d’objectifs, vous allez commettre l’erreur n°1.

Si vous n’avez pas défini d’objectifs, ou comme on dit, des KPIs (Key Performance Indicator), vous ne connaîtrez pas le ROI (Return On Investment) de votre stratégie d’influence marketing.

Donc avant même de commencer à mettre en oeuvre votre stratégie, vous devez faire ce travail : définir vos KPIs, et des objectifs par rapport à ces KPIs.

Vos objectifs doivent évidemment corréler avec l’ampleur de votre stratégie. Vous voulez peut-être traquer l’engagement, les visites sur votre site, les ventes et d’autres métriques clefs pour vous.

2. Ne pas faire des recherches sur les influenceurs que vous ciblez

Encore une fois, avant même de commencer votre campagne, vous devez trouver les bons influenceurs. Cela se prépare bien en amont.

Lorsque vous réalisez une stratégie d’influence marketing, les influenceurs que vous atteignez deviennent une vitrine publique de vos entreprise / marque. Cela signifie que votre marque / entreprise sera directement associée à l’influenceur, son comportement et à ses actions durant la campagne, et parfois au-delà de la campagne.

Le récent bad buzz de PewDiePie est un très bon exemple de ce qui peut arriver lorsqu’une marque et un influenceur/égérie s’associent alors qu’ils sont incompatibles.

Au lieu de risquer de vous embourber dans ce genre de bad buzz, trouvez des influenceurs dont les actions, le comportement et les croyances ne sont pas en désaccord avec votre marque. Si vous ne prenez pas la peine de vérifier cela, vous risquez d’anéantir votre campagne, et la réputation de votre marque.

3. Ne pas comprendre les audiences de vos influenceurs

Chaque influenceur dispose de son audience. Chaque audience est différente selon l’influenceur. Je ne vous apprends rien, j’en ai conscience. Mais venons en au point : vous devez rechercher et comprendre l’audience de CHAQUE influenceur avant de vous associer avec eux. C’est crucial, car c’est cette audience qui vous intéresse dans cette collaboration avec l’influenceur. Vous voulez convaincre ces audiences d’acheter, d’utiliser vos produits/services.

Vous devez donc vous demander à quel point l’audience de votre influenceur colle avec la cible que vous souhaitez atteindre. Même s’il n’y a pas de matching parfait, il faut suffisamment de similitudes entre vos objectifs et l’audience pour que cela vaille la peine de vous associer avec l’influenceur.

Par exemple, si vous vendez des sacs en cuir très chers et de haute qualité, et que vous travaillez avec un influenceur dont l’audience est majoritairement les clients de H&M entre 15 et 25 ans, vous constaterez que ça ne colle pas. Le profil de l’acheteur H&M entre 15 et 25 ans n’a pas, et ne veut peut-être pas investir un budget conséquent dans un sac en cuir. Aucun intérêt pour vous, donc.

4. Ne s’appuyer que sur les adeptes de votre marque

Le nombre de followers de l’influenceur peut en effet vous indiquer qu’il peut être bénéfique pour votre campagne d’influence. Mais malheureusement, le nombre ne dit rien sur la qualité, les différents comportements (sociaux et social media) de son audience.

Vous devez creuser au-delà de la taille de l’audience de l’influenceur, et regarder le taux d’engagement, les partages, les commentaires, les actions qui sont effectuées par son audience.

À quel point sa communauté est réactive auprès de ses posts, est-ce que l’influenceur converse beaucoup avec eux, comment les followers interagissent avec l’influenceur et les posts publiés ?

Par exemple : Nichole de Lapdog Creations n’a “que” 1200 followers. Mais cette communauté de 1200 followers est très engagée, et dès que Nichole poste quelque chose, elle génère beaucoup d’engagement, et qualifié, de surcroît.

We’re working on our March @poochperks #subscriptionbox review… stay tuned! . . . #poochperks #dogsubscriptionbox #dogtoys #dogtreats #happydogs #sponsored

Une publication partagée par Nichole – Lapdog Creations (@lapdogcreations) le 19 Mars 2017 à 14h29 PDT

Un influenceur basé sur un secteur de niche avec une petite communauté peut être beaucoup plus valable qu’un influenceur généraliste dont l’audience atteint des sommets, mais qui n’engage pas sa communauté.

La partie “utilisateurs” dans Agorapulse peut vous aider à trouver des influenceurs selon l’audience que vous souhaitez cibler.

Connectez-vous sur Agorapulse, sélectionnez votre compte Twitter et allez sur l’onglet Fans and Followers. Grâce à l’étiquette “Engaged” vous retrouverez facilement vos influenceurs.

5. Vouloir cacher votre relation avec un influenceur

Vous pouvez approcher un influenceur de différentes manières pour créer votre campagne.

Vous pouvez les payer, vous pouvez leur donner un de vos produits / service gratuitement, etc.

Si vous avez choisi de payer l’influenceur, vous devez déclarer que cette collaboration est tarifée. Si vous ne le faites pas, vous risquez de mettre votre réputation en danger, car l’audience de l’influenceur et vos prospects se sentiront trompés par cette action marketing non assumée. Vous risquez de perdre leur confiance, et de provoquer un bad buzz.

L’instagrammeuse Nanda Weskott collabore avec la marque de sacs Eastpack. Elle publie donc des posts instagram d’elle avec un sac Eastpack. Mais elle n’oublie jamais de mentionner que c’est une collaboration payante avec la marque, en écrivant #SponsoredPost dans la description de sa photo Instagram.

Une publication partagée par Nanda Weskott (@nanda_schwarz) le 27 Mars 2017 à 7h23 PDT

C’est une très bonne technique pour ne pas tromper l’internaute, et mener à bien sa campagne Marketing.

Ne cachez pas votre relation avec un influenceur. Et veillez à ce que l’influenceur ne cache pas sa relation avec vous. L’honnêteté envers vos cibles et son audience est primordiale.

6. Vouloir collaborer avec un grand nom, quand un influenceur de niche serait plus efficace

Gros ne veut pas dire pertinent.

Comme l’exemple de Nichole plus haut, un influenceur basé sur un secteur de niche et dont la communauté est engagée sera beaucoup plus efficace qu’un grand nom dont la taille de l’audience est beaucoup trop large.

En fait, l’efficacité du marketing d’influenceur ne se base pas sur la taille de l’audience, mais sur sa qualité. Si vous utilisez des petits influenceurs avec des followers engagés, vous obtiendrez des résultats beaucoup plus efficaces. Et en plus, cela vous coûtera moins cher.

7. Dernière erreur, croire que vous ne pouvez pas faire du marketing d’influenceur pour votre marque

Ne pas utiliser cette technique marketing très efficace car vous pensez que votre business n’est pas assez  important ou qualifié est une grave erreur. Les petites marques peuvent très bien générer un ROI solide de la part des influenceurs, si la stratégie est bien réalisée et déployée.

Le marketing d’influence est basé sur la confiance.

Un influenceur efficace est un influenceur qui construit et développe sa communauté sur la base du savoir, de l’attention et de la fidélité. Il créé alors son audience, et doit en prendre soin. Les petites entreprises peuvent donc très bien en profiter, à leur niveau.

Par exemple, si vous avez un restaurant local : cherchez des influenceurs Food et situés dans votre quartier. Si vous avez une entreprise vintage, allez chercher les bloggeurs vintage près de chez vous.

Comme en témoigne le hashtag #OXdeals, vous pouvez même avoir des influenceurs qui posteront des photos de papier toilette

Ne vous laissez pas intimider par votre taille d’entreprise, atteignez les influenceurs de votre calibre pour atteindre les personnes qui seront intéressées par vos produits/services.

Alors, convaincus ?

De nos jours, les publicités convainquent de moins en moins. Une étude de Interactive Advertising Bureau réalisée en 2016 a trouvé que 26% des internautes sur leur ordinateurs utilisaient des bloqueurs de publicités, et que ce chiffre ne cesse de croître.

Nous sommes humains. Nous faisons plus confiance en les recommandations des autres qu’aux publicités parfois très déshumanisées.

Et le consommateur ou l’internaute moyen préfère quand les interactions sont plus humaines avec ses marques préférées, ou des marques qui l’approchent. Cela explique pourquoi la publicité traditionnelle s’écroule, et que la publicité par le biais des influenceurs décolle.

En tirant parti de la relation que l’influenceur a construit avec son audience, vous pouvez récolter des résultats extraordinaires et un effet boule de neige fantastique pour votre entreprise.

Maintenant que vous avez lu cet article, vous ne ferez plus ou pas ces 7 erreurs. Vous avez donc 100% de chance que votre future ou actuelle campagne d’influence marketing fonctionne parfaitement !

L’article 7 erreurs à éviter lorsque l’on mène une campagne d’influence marketing est apparu en premier sur Agorapulse.

posté sur http://feeds.feedblitz.com/~/457670758/0/visibiliteweb
plus d’infos sur >> Twitter